Les réquisitions de logements

Un des grand objectifs de la politique wallonne est la lutte contre l'inoccupation des logements: il est parfois choquant de voir un grand nombre de logements vides, et dont les entrées et les fenêtres sont barricadées ou murées, alors que certains habitants vivent dans les rues, les abris divers, ou même dans les gares.

Dans un premier temps, tout a été mis en œuvre pour pénaliser les propriétaires, en instaurant diverses taxes frappant ces immeubles.

Les sociétés de logement, les communes, les provinces, les centres publics d'aide sociale ou les agences immobilières sociales (appelés dans le code "les opérateurs immobiliers") ont reçu la mission de loger les habitants dans des conditions décentes: ainsi, ils peuvent proposer aux propriétaires un mandat de gestion ou de mise en location. Si le propriétaire l'accepte, il signera un mandat de gestion-type ou un contrat de bail; par contre, s'il le refuse, l'opérateur le mettra en demeure d'occuper son immeuble, ou de le louer. Après un délai de 6 mois, il pourra faire procéder à la remise en état de l'immeuble. Le montant des frais avancés sera déduit du loyer payé: en définitive, c'est donc le propriétaire qui supportera les frais de rénovation.