Prêt ou ouverture de crédit

De plus en plus souvent, les institutions financières proposent à leurs clients de signer un acte d'ouverture de crédit au lieu d'un acte de prêt.

En signant un acte de prêt hypothécaire, l'institution financière remet une somme d'argent à son débiteur qui s'engage à la rembourser endéans un délai déterminé, moyennant paiement d'un intérêt convenu. La totalité de la somme est remise à l'emprunteur qui la remboursera suivant les modalités prévues dans la convention. Comme garantie, l'emprunteur hypothèque un bien immobilier.

Par contre, en ouvrant un crédit, cette institution financière met une somme d'argent à la disposition de son débiteur qui pourra l'utiliser au fur et à mesure de ses besoins. Ici aussi, un immeuble sera donné en garantie.

Dans une convention annexe, insérée ou non dans l'acte d'ouverture de crédit, les modalités de remboursement (la durée, le taux d'intérêt, le montant de la mensualité, les ristournes éventuelles, ...) seront précisées.

Ce système est beaucoup plus souple dans le cas de constructions ou de transformations d'immeuble, ou pour une réutilisation du capital déjà remboursé.

Construction ou transformation d'immeuble

Les sommes mises à la disposition de l'emprunteur sont délivrées au fur et à mesure de ses besoins, suivant l'état d'avancement des travaux. Si le débiteur n'utilise pas tout le montant mis à sa disposition, l'intérêt ne sera perçu que sur les sommes réellement prélevées. Le remboursement en capital commencera au moment prévu dans la convention. Grâce à ce système, l'emprunteur pourra faire une importante économie d'intérêt.

Reprise d'encours

Ce système permet également au débiteur de réutiliser les sommes qu'il a déjà remboursées. Par exemple, un propriétaire doit, après quelques années, remplacer le toit et la chaudière de sa maison. S'il a obtenu un crédit de 100.000 €, et s'il a déjà remboursé 50.000 € en capital, il peut toujours demander à l'institution financière de récupérer une partie ou la totalité de ce montant.

La garantie hypothécaire donnée au départ étant restée la même, la banque pourra remettre le capital à disposition. Bien entendu, le taux d'intérêt sera celui qui sera en vigueur au moment du nouveau prélèvement. Il suffira de signer une nouvelle convention annexe pour le montant réemprunté, mais sans devoir signer un nouvel acte d'affectation hypothécaire.

L'emprunteur ne devra donc pas supporter les frais d'un nouvel acte, puisque c'est toujours le même crédit qui est à sa disposition. Ce système peut donc s'avérer extrêmement intéressant pour le débiteur qui saura tirer parti des avantages qu'il procure. Il faudra cependant être attentif aux dangers cachés de cette formule.