La fente

Une personne peut décéder sans enfants, et sans laisser de frère et sœurs. Dans ce cas, sa succession revient à ses ascendants (parents, grand-parents,...) ou à ses collatéraux non privilégiés (oncles et tantes, neveux et nièces, cousins et cousines, ...).

 

Pour éviter que les biens provenant d'une famille ne reviennent entièrement à l'autre, le code civil a introduit le principe de la fente : les biens du défunt sont partagés en deux parties égales, l'une revenant à la famille paternelle du défunt, l'autre revenant à la famille maternelle. La moitié revenant à chaque famille est traitée et partagée comme une succession indépendante.

Dans chaque branche, la succession revient aux héritiers les plus proches en suivant les règles de l'ordre et du degré. Les parents de l'ordre le plus rapproché excluent les parents de l'ordre suivant, et les parents du degré le plus proche excluent ceux du degré plus éloigné.

 

Exemple

Jean décède sans laisser d'enfants ni de conjoint. Son unique frère est décédé.

                          Grands-parents paternels prédécédés

                                                         |

               ______________________________

              |                                         |                           |

Oncle prédécédé   Tante prédécédée   Père prédécédé &   Mère

                                                                                       |

                                                                                  _______

             |                                      |                              |                  |

Cousin                             Cousine                  Frère       Défunt

                                                                           prédécédé

 En suivant la règle de la fente, la succession du défunt ne revient pas nécessairement à sa seule mère: d'après notre exemple, elle sera partagée en deux, chaque partie revenant à une ligne: la moitié revient à la ligne paternelle (représentée ici par les cousins du défunt), et l'autre moitié à la ligne maternelle (représentée ici par la mère du défunt).