Donner de l'argent en avance sur la part successorale future ou hors part ?

Julie a 3 enfants, Charles, Jacques et André, et elle possède des économies estimées à 120.000 € qu'elle destine à ses enfants.

Son fils cadet, André, connaît de grosses difficultés financières liées à la perte de son emploi, consécutif à une fermeture d'entreprises. Il ne peut plus rembourser l'emprunt hypothécaire souscrit lors de l'acquisition de sa maison et Julie l'aide en lui donnant une somme de 25.000 €. Par contre, Charles et Jacques ont une situation financière brillante et ne connaissent aucun souci. Julie et tous ses enfants reconnaissent qu'il s'agit bien d'une donation, et pas d'un prêt sans intérêt.

 

Donation en avancement d'hoirie

Julie a aidé André, mais en pensant lui remettre dès à présent une part de ce qu'il aurait reçu ultérieurement, le jour de son décès. Dans ce cas, André devra rapporter cette somme au moment des calculs à établir lors du partage de la succession de Julie.

Ainsi, si les économies de Julie ne sont plus que de 95.000 €, les enfants établiront leurs calculs sur une base de 120.000 € (les 95.000 € restant et les 25.000 € rapportés). Chacun aura droit à 40.000 €. et ces économies seront partagées de la manière suivante :

  • 40.000 € pour Charles
  • 40.000 € pour Jacques
  • 15.000 € pour André

Au total, chaque enfant aura reçu 40.000 €, et l'équilibre sera respecté. La donation de Julie à André est dès lors une avance sur la succession future, appelée "donation en avancement d'hoirie".

En effet, la loi présume expressément que toute donation faite en faveur d'un futur héritier du donateur représente une avance sur sa part successorale future et qu'il doit la "rapporter". (Article 843 du Code Civil).

Donation par préciput et hors part

Julie peut penser autrement, et vouloir avantager André, non pas pour lui donner une avance sur sa part successorale, mais bien pour lui donner plus qu'à ses frères, en raison de sa situation financière difficile. Dans ce cas, la donation se fera "hors part successorale" future, ou par préciput (mot qui vient du latin: "pre-capere", c'est à dire prendre avant).

Dans ce cas, les 25.000 € qu'André aurait reçus lui sont acquis définitivement, et lors de l'ouverture de la succession de Julie, les enfants se répartiront les 95.000 € restant, soit 31.666 € pour chacun d'eux.

Prévoir qu'une donation est faite en dehors de toute part successorale est tout à fait valable, pour autant que chaque enfant recueille la part qui lui est réservée par la loi.

Dans le cas présent, puisque Julie a 3 enfants, chaque enfant a une part réservataire d'un sixième des biens de la succession. Chacun doit recevoir au moins 1/6 de 120.000 €, soit 20.000 €. Comme Charles et Jacques reçoivent plus, il n'y a pas de problème : la succession peut être partagée en trois, et André ne doit rien rapporter.

Dans ce cas, chacun recevrait au total :

  • Charles: 31.666,66 €
  • Jacques: 31.666,66 €
  • André: 31.666,66 €+ 25.000 €, soit 56.666 €

Par contre, si la donation de Julie à André portait sur 65.000 €, il ne resterait plus que 55.000 € au moment de l'ouverture de la succession, chaque enfant ne recevrait que 18.333,33 €, soit un tiers de ce qui reste. Charles et Jacques recevraient au total moins que leur part réservataire, et ils pourraient demander de limiter les droits successoraux d'André à 15.000 €.

Ainsi, chaque enfant aurait reçu :

  • Charles: 20.000 €, sa part réservataire
  • Jacques: 20.000 €, sa part réservataire
  • André: 65.000 € par donation et les 15.000 € restant.