5 conseils pour un bon emprunt hypothécaire
12 juillet 2017

Ça y est, vous avez trouvé l’habitation de vos rêves… Des rêves que vous pourrez financer grâce à un emprunt hypothécaire. La démarche n’est pas anodine et les offres alléchantes des banques ne manquent pas. Voici quelques petits conseils pour vous aider à faire le bon choix !

1. Connaître sa capacité d’emprunt

Acheter un bien ne doit pas aller de pair avec se passer la corde au cou ! Discutez de votre capacité d’emprunt avec la banque et faites vos propres calculs sur base de vos revenus. Prenez aussi en compte les éventuels frais annexes tels que le précompte, les factures énergétiques, les charges, l’entretien, etc. On considère souvent que la capacité d’emprunt équivaut au tiers du revenu net disponible.

2. Visiter plusieurs banques et comparer les offres

Les offres sont multiples et variées, certaines correspondront davantage à votre situation personnelle. Ne vous cantonnez donc pas à votre banque habituelle lorsque vous vous mettez en quête du prêt hypothécaire idéal.
Au-delà du simple taux, il importe de mettre d’autres éléments dans la balance lorsqu’il s’agit de comparer les différentes offres. C’est bien le coût total du crédit qu’il faut analyser et cela implique de passer au crible l’ensemble des paramètres : durée du crédit, frais de dossier, obligation de souscrire certains assurances ou d’ouvrir un compte, etc.

3. Faire jouer la concurrence

N’hésitez pas à présenter la proposition d’une banque dans une enseigne concurrente. Cette dernière pourrait s’aligner, voire vous faire une offre plus avantageuse.

4. Finaliser les démarches à temps

Veillez à obtenir votre crédit à temps. Demandez à votre banque quand le crédit pourra être finalisé avant de vous engager vis-à-vis du vendeur sur une date de paiement.

5. Renégocier son emprunt hypothécaire

Rien n’est gravé dans le marbre. Les marchés et les taux fluctuent. C’est pourquoi suivre leur évolution n’est pas un luxe superflu. Vous pouvez par exemple demander à votre banque de réexaminer votre taux ou, à défaut, vous rendre dans un autre établissement. Cette opération a certes un coût, mais négligeable par rapport aux économies qu’elle vous permettra de réaliser.

 
 

Source: Fédération Royale du Notariat Belge