Le remboursement

Le contrat doit prévoir la durée de l'emprunt, et le mode de remboursement. Il existe cependant de nombreuses formules.

Il est possible de prévoir que l'emprunteur ne paie que les intérêts, pendant toute la durée du prêt, et remboursera le capital à l'échéance: il s'agit d'un remboursement à terme déterminé. Ce système est souvent utilisé par les compagnies d'assurances: par exemple, quelqu'un a souscrit une assurance-vie mixte, grâce à laquelle il percevra un capital à l'âge de 65 ans. Il acquiert une maison à l'âge de 45 ans: à ce moment, il pourra demander à la compagnie d'assurance de lui avancer l'argent, qu'il remboursera quand il aura 65 ans, au moment où il touchera le capital qui lui revient. La formule est très intéressante lorsqu'une assurance-vie mixte existe déjà, ou lorsqu'il existe une assurance groupe. Par contre, elle peut s'avérer très onéreuse pour les prêts à longue durée, parce que les intérêts sont toujours dus sur la totalité du capital.

Il est possible de prévoir que le remboursement du capital s'effectuera périodiquement : par exemple, un prêt de 50.000€ est remboursable en dix ans, à concurrence de 5.000€ par an. L'intérêt diminue chaque année, puisque la première année, il est calculé sur les 50.000€, la deuxième année sur 45.000€, la troisième année sur 40.000€, etc... Il s'agit du prêt avec amortissement constant du capital. Cette formule est parfois utilisée lorsqu'on programme plusieurs investissements futurs ou lorsqu'on est disposé à se "serrer davantage la ceinture" au début de la période de remboursement. Elle est cependant peu utilisée.

La formule la plus courante est celle du remboursement par mensualités constantes : tous les mois, les emprunteurs remboursent le même montant, comprenant une partie de capital et une partie d'intérêt. Au début de la période de remboursement, l'emprunteur paie surtout de l'intérêt, puisqu'il est calculé sur la totalité du capital. Ensuite, la tendance s'inverse: puisque le capital dû diminue, la partie d'intérêt comprise dans la mensualité diminue, et la partie de capital augmente. Les calculs sont chiffrés et repris dans un "tableau d'amortissement".